Persona1_edited.png
Axeleo Capital logo_officiel2_edited.png

Nos objectifs : identifier nos réalisations en interne, identifier les acteurs sur ces sujets, et mettre en place un dispositif plus institutionnel pour avancer sur la question.

La stratégie climat de l'ENS de Lyon

- Vincent Baas • Chargé de projets

L'ENS de Lyon forme par et pour la recherche des étudiants motivés, qui ont le désir d'apprendre. Elle regroupe toutes les disciplines en dehors du droit et de la médecine.

À l'École, la formation obéit à 3 règles : la promotion d'approches multidisciplinaires, le suivi individualisé des parcours adaptés aux projets des étudiants, la nécessité de respecter le temps long de la recherche.
Cette formation est étroitement associée à une recherche fondamentale, reconnue en France comme à l'international.

employees.png

Nombre d'employés

2 200

sector.png

Secteur d'activité

Enseignement

poste.png

+ Gros poste d'émission

Énergie & bâtiment

Pourquoi avez-vous décidé d’accélérer votre transition bas-carbone ?

La décision de l’ENS de Lyon d’accélérer sa transition bas-carbone est le résultat à la fois d’une conjonction d’événements et d’une tendance au plus long cours qui se poursuivait depuis quelques temps à l’École. Cette décision s’est trouvée également à la convergence de forces internes venant des enseignants-chercheurs, personnels administratifs étudiants, et de la gouvernance. 


En effet, en 2019 les personnels de l’ENS de Lyon (une centaine à la première assemblée générale) ont lancé le groupe transition écologique, qui avait pour vocation de travailler sur plusieurs grandes thématiques en lien avec la transition écologique. 


En parallèle de cette initiative, la gouvernance a créé en 2020 la mission développement durable, afin de mettre ces sujets au cœur de la politique de l’École. 


D’ailleurs, dans le même temps, la gouvernance a fait le choix d’inscrire le développement durable comme l’un des axes stratégiques de l’établissement. Cela se manifeste notamment dans le document stratégique remis à l’Hcéres (dispositif d’évaluation de l’ensemble des structures de l’enseignement supérieur et de la recherche), qui préfigure le projet d’établissement pour les 5 prochaines années. 


Pour résumer, l’ENS de Lyon a décidé d’accélérer sa transition bas-carbone à la suite de deux démarches convergentes venant du haut et du bas, et je crois vraiment que ce double mouvement d’impulsion par la motivation des communautés et la décision politique est une véritable opportunité à saisir pour avancer sur la voie du développement durable.

La décision de l’ENS de Lyon d’accélérer sa transition bas-carbone est le résultat à la fois d’une conjonction d’événements et d’une tendance au plus long cours qui se poursuivait depuis quelques temps à l’École. Cette décision s’est trouvée également à la convergence de forces internes venant des enseignants-chercheurs, personnels administratifs étudiants, et de la gouvernance. 


En effet, en 2019 les personnels de l’ENS de Lyon (une centaine à la première assemblée générale) ont lancé le groupe transition écologique, qui avait pour vocation de travailler sur plusieurs grandes thématiques en lien avec la transition écologique. 


En parallèle de cette initiative, la gouvernance a créé en 2020 la mission développement durable, afin de mettre ces sujets au cœur de la politique de l’École. 


D’ailleurs, dans le même temps, la gouvernance a fait le choix d’inscrire le développement durable comme l’un des axes stratégiques de l’établissement. Cela se manifeste notamment dans le document stratégique remis à l’Hcéres (dispositif d’évaluation de l’ensemble des structures de l’enseignement supérieur et de la recherche), qui préfigure le projet d’établissement pour les 5 prochaines années. 


Pour résumer, l’ENS de Lyon a décidé d’accélérer sa transition bas-carbone à la suite de deux démarches convergentes venant du haut et du bas, et je crois vraiment que ce double mouvement d’impulsion par la motivation des communautés et la décision politique est une véritable opportunité à saisir pour avancer sur la voie du développement durable.

Quel est votre bilan carbone ?

Notre Bilan Carbone se décompose de la manière suivante :

Axeleo_bilan.png

Suite à la réalisation de votre bilan carbone, quelle stratégie pour le climat avez vous établie ?

Nous avons différentes stratégies suivant les postes d’émission.


En ce qui concerne les émissions liées aux bâtiments, le décret tertiaire va apporter une contrainte réglementaire. Nous aligner sur la réglementation va ainsi nous permettre de réduire  notre impact et être en ligne sur des objectifs de réduction des émissions.


Pour les autres postes d’émissions, la première étape est de descendre en granularité pour adapter notre réponse. En effet, un premier bilan carbone permet surtout d’identifier les principaux postes d’émissions, quitte à avoir des incertitudes importantes pour certains d’entre eux. Maintenant, nous allons affiner nos mesures et pour chaque poste, afin d’identifier d’où viennent exactement nos émissions, et construire à partir de ces données, une stratégie et un plan d’action.


En outre, notre stratégie climat passe aussi par la sensibilisation et la prise de conscience écologique des étudiants et des agents. Dans ce cadre, nous avons formé en 2021 vingt animateurs de la fresque du climat, ce qui nous a permis d’organiser en interne six ateliers d’une quarantaine de personnes, regroupant agents et étudiants à la rentrée 2021, et trois ateliers en externe à destination du public à l'occasion de la Fête de la science pilotée par l’ENS Lyon. Nous réfléchissons également à la constitution d’une rentrée climat pour 2022, afin de poursuivre sur ce volet sensibilisation.

Pour résumer, l’ENS de Lyon a décidé d’accélérer sa transition bas-carbone à la suite de deux démarches convergentes venant du haut et du bas, et je crois vraiment que ce double mouvement d’impulsion par la motivation des communautés et la décision politique est une véritable opportunité à saisir pour avancer sur la voie du développement durable.

Quel est ton rôle, et comment êtes-vous organisés pour porter ce chantier ?

Suite à la création en octobre 2020 de la mission développement durable, nous avons commencé à travailler avec WeCount, avec notamment la réalisation du Bilan Carbone au 1er semestre 2021. Ce travail avec WeCount avait plusieurs objectifs : identifier ce qui avait déjà été réalisé en interne sur les sujets liés au développement durable, identifier quels étaient les acteurs en interne sur ces sujets, et mettre en place un dispositif plus institutionnel pour avancer sur la question.


Ensuite, nous avons mis en place cette année, en septembre 2021, un comité de pilotage développement durable. Ce comité de pilotage a décidé de créer six groupes de travail couvrant chacun une thématique : bâtiment-énergie, bilan carbone, vie quotidienne, numérique-informatique, formation, et recherche. Chaque groupe est constitué de cinq à six personnes en moyenne, et nous avons prêté une attention particulière à leur composition. Ils sont composés dans la mesure du possible : 

  • d’un.e expert.e métier (par exemple le responsable patrimoine pour le groupe bâtiment- énergie) ; 

  • d’un.e étudiant.e car les associations étudiantes sont très actives à l’ENS de Lyon sur ces enjeux ; 

  • d’un.e membre groupe transition écologique des agents ; 

  • d’un.e référent.e développement durable des laboratoires ; 

  • de membres usagers lambdas intéressés par la question en essayant d’être représentatifs (administration, professeurs, etc.). 


En outre, une personne de la communication est présente à toutes les réunions du comité de pilotage. En effet, il est très important que ce qui s’y passe puisse être relayé en interne d’abord puis plus largement. 


Nous avons organisé pour le moment trois réunions avec le comité de pilotage, durant lesquelles de premiers arbitrages ont été rendus sur des propositions préalablement travaillées par les groupes de travail thématiques. Si l’arbitrage relève de la stratégie ou induit des coûts élevés, il est remonté au niveau de la gouvernance. 


Dans ce dispositif, je suis chargé de mission développement durable. Avec ma collègue, Sylvie Duvalet qui travaille avec moi au sein de la mission Développement durable, nous faisons le suivi de ces propositions et suivons leur évolution dans le temps en termes de réalisations, d’arbitrages, et de priorisation. 


Enfin, les associations étudiantes et le groupe transition écologique des communautés internes continuent bien sûr leurs travaux et actions en parallèle et font des liens avec le comité de pilotage tout en gardant leur autonomie. 


Le rôle de la mission développement durable est aussi de faire le lien entre toutes les initiatives et la cohérence globale des actions.

Quel est LE conseil que tu donnerais à toutes les entreprises qui souhaitent travailler à la réduction de leur empreinte carbone ?


D’abord, il est important que les personnes en charge de sujets de transition soient au plus près des instances dirigeantes et aient un accès direct à celles-ci. La transversalité des instances dirigeantes permet ainsi de solliciter et d’avoir la légitimité de solliciter tout le monde.


Ensuite, il faut s’appuyer sur ce qui est déjà fait en interne. Dans le cas de l’ENS de Lyon, nous nous sommes appuyés sur les associations étudiantes et sur les démarches des personnels. Cela permet de soutenir la démarche institutionnelle et les engagements forts de la part de la gouvernance. 


Enfin, il faut veiller à ce que chaque entité garde son autonomie. Dans le cas de l’ENS de Lyon, si le COPIL a créé des groupes de travail, cela n’empêche en rien, au contraire, que les associations étudiantes ou que les personnels continuent à agir et réfléchir de façon autonome sur la transformation de l’école. Cette autonomie permet justement d’être libre de creuser certains sujets, sans se préoccuper a priori de leur faisabilité ou leur inscription dans la stratégie de l’ENS de Lyon. Sur un tel sujet, initiatives et cohérence doivent aller de pair !